1/34

T. Sensations au FAM Taipei

Installation sonore interactive à destination du jeune public

Musée des Beaux-arts de Taipei (Taiwan)

A partir du 7 janvier 2017 jusqu'à septembre 2017

Le travail en évolution du JARDIN DE SENSATIONS :

Le Fine Art Museum de Taipei a invité l'artiste à poursuivre sa recherche artistique autour de la problématique JARDIN INTERIEUR / JARDIN EXTERIEUR au travers des sensations à l'occasion de l'ouverture du nouveau département d'Art dédiée à la jeunesse.

« T. Sens » est une installation sonore et interactive à explorer. Elle a pour objectif de partager une expérience musicale et sensorielle autour de l’environnement sonore de Taïwan et des sensations. Cette installation propose un rapport intime à l’environnement de Taïwan et aide à appréhender une œuvre artistique originale par des expériences alliant toucher, musique et vibration. C'est l'évocation poétique de notre rapport à l’environnement créant un espace d’exploration de sensations. Ces sensations et les créations sonores auxquelles elles sont associées, créent un lien avec notre propre nature au travers d’évocations d’environnements rêvés.

« T. Sens » composée de quatre modules, propose au public de retrouver un paysage intérieur, des sensations de promenades des bords de mer au cœur de la forêt tropicale, de fraicheur des temples, des trépidations des villes et d’intérieurs rassurants. Cette installation offre une matière et un univers musical spécifique qui nous aide à renouer avec notre environnement sonore en le percevant de manière sensible, hors de son contexte habituel.

Grâce à la corrélation du toucher, des sensations et de la musique, « T. Sens » propose un accès multiple à la perception d’une œuvre artistique à destination de l’enfance, de la petite enfance et des publics empêchés (handicapés, déficients visuels etc). 

T. Sens

Scénographie

De la visite d'un jardin, je me souviens 

Des passerelles, des chemins

et des bordures

Les 4 modules de "T. Sens" : 

Une zone géographique = un univers sonore = un module = une sensation

Cette approche se fera par une interaction simple et instinctive au travers de quatre modules :

- les constructions humaines : Les 3 Gongs

- le vent : Le jardin éolien

- Le bord de mer : Le bac à sons

- La jungle : les parapluies sonores

« T. Sens » a pour objectif de faire vivre une visite sonore, sensorielle et interactive au travers de quatre thématiques liées à l’environnement de Taïwan : le bord de mer, la jungle, le vent, les constructions humaines (temple, ville, objets traditionnels). Nous proposons quatre installations en référence à ces quatre univers, chaque installation propose une interaction, une sensation et un univers musical spécifique. Ainsi le public pourra prendre conscience de la richesse incroyable de cet environnement et pourra sans cesse le réinventer par son interaction. 

Chaque univers sonore des 4 modules de l'installations sera composé à partir de prises de sons réalisées sur place par le compositeur.

Les constructions humaines / Les 3 Gongs

1 – Les temples : processions, offices, prières individuelles ou collectives, célébrations les temples ont une activité toute l’année. L’univers musical qui s’en dégage est éminemment riche et est intimement lié aux activités religieuses.

2 – Constructions indigènes : la population indigène a une culture propre autant architecturale, cultuelle que musicale. De nombreux artistes ont réinvesti ce patrimoine, particulièrement dans l’est et le sud de l’île.

3 – Les villes : les villes taïwanaises sont à l’image de son développement industriel, trépidantes et étendues, vibrantes de vies de jour comme de nuit.

Le module : Trois plaques en métal sont suspendues à trois cadres en bambous. Ces plaques sont reliées à des capteurs capacitifs et à des moteurs de vibration. Quand le public approche les plaques, la lumière éclaire doucement la zone du module. Quand le public touche les plaques, elles se mettent à vibrer et diffusent à la fois la composition musicale et les sons des vibrations.

La sensation :  Toucher, vibrations.

Les univers sonores :  Les trois seront traités différemment. Pour l’univers correspondant aux temples, j’utiliserai des sons résonnant de percussions cultuelles, d’instruments traditionnels etc. l’idée étant d’évoquer librement l’univers sacré des temples.

Pour l’univers musical des aborigènes, j’utiliserai surtout les captations sonores de percussions, mettant ainsi en vibration le bois du gong interactif. Pour la ville, j’utiliserai le foisonnement de l’univers sonore de la ville comme point de départ à une polyphonie vivante et très hétérogène.

Le Vent / Le Jardin Eolien

Taïwan subit régulièrement les assauts du vent, vents tropicaux, tempêtes, typhons… Le vent fait partie de l’univers naturel omniprésent, de la caresse de l’air sur la peau aux terribles tempêtes tropicales. Le vent a cependant milles inflexions y compris celles de la respiration et tous les objets qui rencontrent le flux d’air se mettent en vibration : flûtes éoliennes et jardins sonores de vent.

Le module : Un flot d’air doux est émis dans ce jardin et circule de manière libre. Il se fait soulever des matières légères et libres : matières végétales et industrielles, brins, bandes etc.

Quand on place sa main dedans, ou toute autre chose, le flot d’air est perturbé. Un agrégat sonore est émis avec le flot d’air. Quand les perturbations du courant d’air sont captées, l’agrégat sonore est modifié. Des volutes musicales apparaissent, comme des flûtes éoliennes.

La sensation : Caresse de l’air.

L'univers sonore : un chant de flûte éolienne flotte en fonction du flot de l’air. Un accord musical évolue lentement, constitué d’agrégats, sorte de spectres naturels. Orgue de flûtes douces, le jardin éolien est une évocation d’esprits de l’air, chantant doucement dans l’espace. Les variations déclenchées par les obstacles, ajoutent, soustraient des sons comme des arpèges décalés et inharmoniques. Évènements perturbateurs, ils ajoutent une notion de hasard et démultiplie les possibilités musicales par des arpèges rapides et volubiles.

Le bord de mer / Le bac à sons 

La mer est une des forces naturelles les plus présentes à Taïwan. Son bord de mer est extrêmement vivant et sonore : vagues, galets, rochers… oiseaux de mer variés. Les deux côtes ont des caractéris-tiques très différentes : le côté Pacifique a un caractère sauvage et violent (vagues, courants, galets etc.), tandis que le côté Mer de Chine est plus apaisé (plages de sables, bords de mers plus plats etc.).

Le Module : Le bac à son – bac interactif à remplir de matières végétales et minérales et à malaxer avec les mains. Des mélanges de matières minérales et végétales prélevées dans l’environnement naturel de Taïwan seront placées dans le bac à son. En traversant le bac avec la main, on entend tous les frottements contre la paroi, les grains deviennent des évocations de mondes aquatiques et lointains. Les vibrations sont captées et déclenchent des sons qui complètent cet univers aquatique.

Les sensations : Enfouir, frotter

L'univers sonore : Mondes aquatiques et lointains, l’univers sonore du bac à son est constitué de deux éléments complémentaires. Le son des frottements sur la paroi, capté et traité dans un prolongement d’échos lointains, crée un environnement proche d’une respiration. Le complément de cet univers glissant est déclenché par des capteurs de vibration qui font entendre de courts échantillons sonores glissés, fluides et flutés, voix lointaines et douces.

La jungle / Les Parapluies Chantants

Univer truculent et parfois hostiles de la jungle, impressions d’envahissement et de prolifération de la vie. Un univers constitué d’un fond sonore toujours en mouvement dans l’espace et d’évènements soudainement proches : insectes, singes etc. mais aussi cascades, rivières etc.

Tout cet univers provoque la sensation épidermique d’être au centre d’une matrice naturelle grouillant de vie dont nous avons la conscience d’être les hôtes d’un court moment.

Le module : Installation où la caresse de matières végétales provoque des sensations sonores. Trois parapluies interactifs sont suspendus au dessus du public. Des lianes d’origines végétales sont suspendues en dessous de chaque parapluie. Des capteurs de toucher provoquent des sensations sonores associées aux matières végétales.

Les sensations : Caresses, frôlement.

L'univers sonore : A une matière sonore légère et aérienne entoure les trois parapluies. Dès que l’on touche les lianes, des matières épidermiques se font entendre : sons piquants, réactifs, mastications, bruits de bouches et craquements de brindilles...

Conception / musique : Alexandre Lévy

 

Direction artistique : Alexandre Lévy

Conception technique : Angélique Verbeck

Scénographie : Alexandre Lévy et Angélique Verbeck

RIM/assistance musicale : Max bruckert

Une co-production aKousthéa, Fine Arts Museum de Taipei à Taiwan.

Avec l'aide du Bureau Français de Taipei, Centre de Coopération et d'Action Culturelle (CCAC) et le soutien du GRAME ( CNCM - Lyon).

© 2016 aKousthea Cie